Path:
E. Weber. Les Manifestes littéraires de Victor Hugo

Full text: Festschrift zur Feier des 200jährigen Bestehens des Königlichen Französischen Gymnasiums / Grünwald, Eugen (Public Domain)

175 
nah 
tique, trop intime pour se passer dans l’antichambre, se passe dans 
la coulisse. L’unite de temps n’est pas nlus solidement etablie que 
l’unite de lieu. Toute action a sa duree propre comme son lieu 
particulier I/’unite d’action ou d’ensemble est la seule vraie et 
fondee. Celle-Jä est aussi necessaire que les deux autres sont inutiles, 
Ni V’ceil ni V’esprit humain ne sauraient gsaisir plus d’un ensemble 
a la fois. Du reste, gardons-nous de confondre l’unite avec la sim- 
plieite d’action. L’unite d’ensemble ne repudie en aucune maniecre 
les actions secondaires, pourvu que les parties, subordonnees au tout, 
gravitent vers l’action centrale. 
Mais, dira-t-on, de grands genies ont pourtant subi ces regles. Eh 
ouil, malheureusement! Ils n’ont pas du moins accepte les fers sans 
combat. Qu’auraient-ils fait, ces admirables hommes, si on les eüt 
laisses faire. Il faut connaitre la tactique eternelle de la routine envieuse 
qui consiste ä preferer les premiers ouvrages d’un homme de genie 
toujours aux nouveaux, et qui jette les noms de ceux qui sont morts 
toujours A la tete de ceux qui vivent. Corneille fut rompu des son 
premier elan, et, apres une resistance vigoureuse, ce genie tout moderne 
fut force de se jeter dans l’antiquite. Racine n’avait ni dans le genie 
ni dans le caractere l’äprete hautaine de Corneille, et il plia en 
silence sous le joug classique. Du reste, les grands poetes ont encore 
su faire jaillir leur genie A travers toutes les genes. — 
Pourtant on nous dit encore: Suivez les regles! Imitez les 
modeles! Entendons-nous, il ya deux especes de modeles: ceux qui 
se sont faits d’apres les regles, et ceux d’apres lesquels les regles ont 
ete faites. Or, il vaut mieux donner des lecons que d’en recevoir. 
L’art ne compte pas sur la mediocrite, elle n’existe pas pour Vart. 
Il n’y a ni regles ni modeles. Il n’y a que les lois generales de la 
nature qui planent sur l’art tout entier, et les lois speciales qui, pour 
chaque composition, resultent des conditions d’existence propres ä 
chaque sujet. Un homme ordinaire pourra toujours faire un ouvrage 
regulier;iln’y aque lesgrandsesprits quisachent ordonner une composition. 
«La regularite est le goüt de la mediocrite, l’ordre est le goüt du genie‘).» 
Pour le vrai genie les rögles sont en litterature ce que sont les 
lois en morale. Un homme ne sera jamais repute vertueux parce qu'il 
aura borne sa conduite A l’observance du Code. Un poete ne sera 
MM 
Preface des Odes. — Octobre 1826.
	        
Top of page
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.