Creator:
Mila, Wilhelm
Publication:
Berlin: Oehmigke, 1805
URN:
https://nbn-resolving.de/urn:nbn:de:kobv:109-1-15363854
Path:

272
une idée de bien des choses, y trouvera matière à des ob
servations très philosophiques.
Les environs de Berlin sont à la vérité assez sablon
neux, cependant ils offrent aussi quelques contrées agréa-
bl es ; hors de la porte de ( ottbus le bois dit Hustnhtide,
où depHÎs quelques années un hôte industrieux.attire
beaucoup de gens, par la nouveauté du site et l’étendue
de la vue, hors de la porte d’Orangebourg le moulin
dit Schleifm'àhle, l’établissement de Litsr, et plus loin pat la
forêt dite Jungfernheide (de trois soeurs qui étant mortes
célibataires la léguèrent à l’un des électeurs}, la terre des
IVIoabites, à laquelle les françois réfugiés chargés de cul
tiver le terrein sablonneux et stérile qu'elle offroit
autrefois donnèrent ce nom, mais grâces à leur industrie
On n’y remarque presque plus de vestige de son ancienne
stérilité. On y voit diverses maisons de plaisance
et jardins appartenant à des habitans de Berlin, les plan
tations des Westphaliens que Frédéric II. fit venir pour
perfectionner les haies, et où l’on trouve différent rafrai-
chissemens et sur-tout du bon pumpernickel ; et plus loin
le jardin nommé IVlartinicken d’un petit homme appelé
Martin qui le possédoit autrefois, ou Rhaharberhof d’une
cure de rhubarbe que Frédéric II. y fit faire à des che
vaux. Il y a en été près des guinguettes au parc nom
mée lis tentes plusieurs barques et gondoles qui trans
portent les promeneurs de la place du cercle à la terre
des Moabites et à Martinicken. — Hors de la porte de
Frankfort le nouveau monde (die neue YVelt), auberge
agré-
Top of page

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.