Path:

Full text: Berolinéum ou nouvelle Description de Berlin / Mila, Wilhelm (Public Domain)

du roi, où il avoit une charge. Le théâtre allemand 
n'offroit que des farces grossières ou des monsires d'en- 
flure et de basse plaisanterie, décorés du titre de tragédie. 
Le goût du théâtre françois passa en Allemagne avec ce- 
lui des modes de ce peuple parvenu sous Louis XIV. au 
plus haut période de sa gloire littéraire, et forma pea à 
peu le goût de la nation. En 1713 Frédéric - Gui!llume I. 
monta sur le trône et l'état changea presque entièrement 
de forme. Sous Frédéric I. Berlin étoit l’Arkènes du 
nord; sous son successeur elle en devint la Sparte. L'’a- 
cadémie des sciences, les universités, les arts libéraux 
tombèrent en décadènce. L'académie des peintres cessa 
entièrement. Il n’y eut que la médecine et la chimie 
qui se soutinrent: Pott, Margraff et Eller combinnient et 
décomposoient la matière; ils éclairoient le monde par 
leurs découvertes; et les anatomistes obtinrent un théâtre 
pour leurs dissections publiques. Mais la faveur et les 
brigues remplissoient les chaires de professeurs dans les 
universités, les dévots se mélèrent d’y persécuter le bon 
seus et sur-tout la classe des philosophes; VWoLf fut 
exilé, pour avoir dédnit le système de l’harmonie préra- 
blie, d’après lequel il falloit que les soldats, si la machi- 
ne de leur corps étoit monté de manière à déserter, 
prissent, disoit-on, la fuite. Frédéric - Guillaume n’en- 
tendoit pas raillerie sur cet article-là. La jeune noblesse, 
qui se vouoit aux armes crut déroger en étudiant; et 
comme l’esprit humain donne toujours dans les excès, 
elle regarda l'ignorance comme un titre de mérite, et le 
2700
	        
Top of page

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.