Creator:
Mila, Wilhelm
Publication:
Berlin: Oehmigke, 1805
URN:
https://nbn-resolving.de/urn:nbn:de:kobv:109-1-15363854
Path:

186
que régiment a établi en outre une école pour les cnfans
de ses soldats.
Cependant ces ctablissemens n’étaut pas encore suffi-
sans pour que tous les enfans pauvres dans une ville
aussi populeuse que Jîerlin, puissent être instruits de
toutes les connoissances nécessaires pour être un jour
de» citoyens éclairés et miles, sept personnes charitables
proposèrent en 1795 d’établir des écoles d'industrie dans
lesquelles des enfans pauvres entre 7 et 14 ans seroient
instruits à fraix communs, mais pour que ces enfans,
tout en s’instruisant, puissent déjà commencer à soula
ger leurs parens, on convint de les faire travailler, de
leur fournir les matières premières et les instrumens
dont ils auroient besoin par leurs travaux, et de vendre
ensuite leurs ouvrages au plus olfrant. — Sur ce pro
duit ils reçoivent un salaire d’après une taxe fixe, et le
reste se verse dans la caisse de l'institut. Ce plan fut
goûté, et actuellement il y a 8 écoles d’industrie entrete
nues par une société de près de 400 membres, dont huit
élus nav une élection volontaire, font la fonction de di
recteurs. On fait tricoter aux enfans des bas de laine et
de coron, on les occupe à filer et à coudre, et des pré
cepteurs sont chargés de leur apprendre à lire, à écrire,
à chiffrer, à chanter, à leur donner même des notions
d’histoire, de géographie, d’histoire naturelle, de dessein,
à leur faire composer des lettres, des mémoires et d’au
tres thèmes de cet ordre. Il y avoit en 1804, 534 enfans,
savoir 113 garçons et 4 21 filles. Ils ont gagné depuis
Top of page

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.