Creator:
Mila, Wilhelm
Publication:
Berlin: Oehmigke, 1805
URN:
https://nbn-resolving.de/urn:nbn:de:kobv:109-1-15363854
Path:

i85
bre, en entrant dans la société, paye 5 écus, puis 8 gros
par mois et 1 éeu par an pour le logement et les messa
gers etc. La société s’assemble quatre lois par an. L’on
fait guérir et soigner les malades, on distribue de l’ar
gent aux pauvres, ou l’on cherche à les recommander, et
à s’intéresser en leur faveur.
Un antre objet dont les souverains de la Prusse se
sont toujours occupés avec succès, c’est
< l'Education de la jeunesse.
D’abord il existe dans chaque paroisse de Berlin et
sous l’inspection des pasteurs un grand nombre de peti
tes écoles où à raison d’une rétribution de 12 à 16 gr.
par mois on peut faire apprendre aux enfans à lire, à écrire,
à chilTrer etc. Le directoire des pauvres paye à ces maitres
d’école un salaire pour une certaine quantité d’enfans
pauvres qu’ils instruisent en même temps. Outre cela il
y a encore 4 écoles gratuites pour les luthéiiens, 12 pour
les réformés, 5 pour la colonie françoise, St pour les en-
fans des Bohèmes, une pour les catholiques, et 2 poul
ies Juifs. — L'école de la garnison a la nouvelle rue
Frédéric est sous la direction d’une commission particu
lière: elle a cinq régeus, et tous les enfans des soldats
des réginiens qui appartiennent à la paroisse de l’église
de la garnison, y apprennent gratis la lecture, l'écriture,
l’arithmétique, la langue allemande, la religion, la géo
graphie, l'histoire du pays et l’histoire naturelle. Cita-
Top of page

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.