Creator:
Mila, Wilhelm
Publication:
Berlin: Oehmigke, 1805
URN:
https://nbn-resolving.de/urn:nbn:de:kobv:109-1-15363854
Path:

184
temps la clef de la seconde boête dans une enveloppe
cachetée. Le pauvre tire de la seconde boête autant qu'il
a besoin, et jette le reste dans la première. Le riche met
également l’argent de la seconde boête dans la première,
et y ajoute encore une aumône. Comme on n’ouvre
cette boête qu'une fois l'année, on ne sait point qui en a
pris ou qui y a mjs quelque chose, g) La société des
enterrement. Le riche contribue autant qu’il lui plait, le
pauvre ne donne rien. Cette société distribue aussi en
hiver de l’argent et du bois aux pauvres. lo) La société
qui dote de pauvres filles. On dote annuellement trois
filles de 2oo a 500 écus, 11) Une société matrimoniale.
Chaque membre paye un écu lorsqu’une fille sc mari?,
et cette fille reçoit alors 200 écus. 12) Une société qui
donne par mois une petite pension à de pauvres étudians.
15) Une école gratuite fondée par Mr. Jtavid FrUdlander
et par Mr. Itzig, conseiller des bàtimcns de la cour. Il
y a tous les ans des examens publics des écoliers.
On a aussi établi une imprimerie hébraïque pour
son compte. 14) Une société qui sonlage et entretient
des pères de famille pauvres et hors d’état de travailler.
15) Les garde- malades. On entend par là une société
dont chaque membre s’engage à rester toujours deux
heures citez ceux d’entr’eux qui sont tombés malades
pour les soigner. Au bout de deux heures il est relevé
par un autre. 11 faux aussi compter ici la société des
amis dont le but est de soulager des malheureux tombés
dans la misère par des accidens imprévus. Chaque mein-
Top of page

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.