Creator:
Mila, Wilhelm
Publication:
Berlin: Oehmigke, 1805
URN:
https://nbn-resolving.de/urn:nbn:de:kobv:109-1-15363854
Path:

J 83
meme somme que chaque apprenti est obligé de donner
en se faisant inscrire, et la moitié de ce qu’il gagne le
premier mois après qu’il a fini son apprentissage, le re
venu des billets d’entrée que doivent prendre ceux qui
veulent voir les chambres dans lesquelles travaillent les
ouvriers, et le produit de la boète qu’on présente à ceux
qui se font montrer le beau service de porcelaino fait
pour le roi etc. Jervent à former le fonds de cette caisse.
XIII. Fondations charitables des Juifs.
Les Juifs ont des établissemens publics pour les pau
vres, et différentes associations charitables. Les principa
les sont: I) les fonds dont on distribue des aumônes à
de pauvres Juifs de Berlin et aux pauvres étrangers de
cette nation qui reçoivent des dons aux portes de la ville.
2) L'hôpital. 3) Une société qui a soin des malades. Cha
que malade reçoit tout ce dont il a besoin; le pauvre ne
contribue rien à cette caisse et le riche donne à volonté.
/)'; Une société semblable entre les femmes. 5) La fonda
tion pour le soutien des nécessiteux fournit aux pauvres
honteux du pain, du bois etc. 6) Une société qui fait
instruire gratis les enfans pauvres dans la religion. 7) Une
société qui donne aux pauvres des chemises et des habits.
0) Une société qui envoyé deux boètes à celui dont on
sait qu’il a de fortes dépenses à faire. L’une est pleine
d’argent, l’autre contient autant qu’on destine à celui
qui est dans le besoin. On lui fait parvenir en même
Top of page

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.