Creator:
Mila, Wilhelm
Publication:
Berlin: Oehmigke, 1805
URN:
https://nbn-resolving.de/urn:nbn:de:kobv:109-1-15363854
Path:

177
d) La maison de refuge, rue Frédéric dan» le même
hôtel que la maison françoise. Tous les pauvres qui peu-
venl prouver qu’ils appartiennent aux familles des réfu
giés venu» de Suisse en itig8 et 1699, sont admis dans
cet hospice.
e) La maison d’Orange, rue dernière de la Ville-
neuve. On y reçoit ou l’on y assiste en pain et en argent
les pauvres qui descendent des familles réfugiées de la
principauté d’Orange. L’envoyé d’Angleterre à la cour
de Berlin a la direction de cet établissement.
f) La maison des orphelins franc ois au marché de la
Frédéricstadt au coin de la rue des Chasseurs, fournit à
l’entretien d'environ 80 orphelins, tant de l’église de
Berlin que des églises de province. Elle est gouvernée
par une direction composée d’un pasteur et de huit chefs
de famille. Quelques Dames charitables sont chargées de
veiller sur l’économie de la maison et sur la conduite
des orphelines.
g' I.'école de charité. En 1801 on y entretenoit et
élcvoit 51 garçons et 63 filles.
On a joint à l’école de charité une Pépinière de chan•
très et de maîtres d'école, où il y a actuellement 6 élèves.
h) La caisse pour aider les veuves des pasteurs. Les
revenus d’un capital ce partagent annuellement entre les
veuves des pasteurs.
i) Çuelt/ues établissement en faveur des pasteurs et des
maîtres d'école, par ex. la quête qui se fait tous les an»
Top of page

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.