Creator:
Mila, Wilhelm
Publication:
Berlin: Oehmigke, 1805
URN:
https://nbn-resolving.de/urn:nbn:de:kobv:109-1-15363854
Path:

176
table au collège de Berlin et reçoivent annuellement 50
écu», et quand ils sont à l’université une pension ali
mentaire de 100 écus par an. Quand ils son» placés chez
des artisans, des artistes ou des marchands, on paye pour
eux les droits d’entrée pour l'inscription et le salaire de
l’apprentissage. En quittant l’institut et en sortant d’ap
prentissage, ils sont habillés à neuf et ils sont fournis de
linge. Le prévôt et l’archidiacre de St. Nicolas, con
jointement avec un officier de justice, gèrent la curatelle
de ces orphelins, sans être obligés d’en rendre compte à
qui que ce soit.
IX. Fondations charitables de la colonie française.
a) La maison française ou maison de charité au coin
de la rue Frédéric et de la Kronenstrafse, fournit le loge
ment et l’entretien à un certain nombre de vieillards.
b) L'hôpital jrançois, rue Frédéric près de la porte
d’Orangebourg. On y place des vieillards et des person
nes infirmes qu’on y reçoit à vie, des malades qui n’a
yant pas chez eux les secours nécessaires, y sont admis
jusqu’à leur guérison, et enfin des jeunes - gens libertins,
auxquels on y fait subir xtne correction plus ou moins
longue suivant les circonstances. Le gouvernement de
cette maison est confié à huit anciens diacres, et à un
pasteur qui est relevé tous les ans par un autre.
c) L’hôpital des enfant malades près du grand hôpi
tal. On y a aussi sein de Leur éducation.
d) La
Top of page

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.