Creator:
Mila, Wilhelm
Publication:
Berlin: Oehmigke, 1805
URN:
https://nbn-resolving.de/urn:nbn:de:kobv:109-1-15363854
Path:

167
▼anche l'obligation de lui fournir le* remèdes nécessaires.
Les chefs des compagnies y ajoutent encore quelque cho
se a/inqtie leurs subalternes soient d’autant mieux traités.
L ( e fonds destiné à l’entretien de l’économie de la maiso/i,
des lits et de tous les autres besoins consiste en une con
tribution de 6 gr. que chaque soldat ‘et bas-officier, dès
qu’il n’est pas du pays, est obligé de payer en se ma
nant, et d’une somme que le département de la guerre
paye tous les mois. Si cela ne suffit-pas, des comribu-
tious faites en commun par les compagnies suppléent
au déficit. — Un chirurgien de compagnie et un bas-
officier sont toujours de garde à l’hôpital militaire.
II. TLe bureau royal pour Ventretien des veuves.
Tonte femme mariée, sans distinction de rang, de na
tion et de religion, peut s’y faire assurer une pension
■viagère, après la mort de son mari, é condition que
celui-ci ait payé de son vivant certaines contributions
à la caisse commune. La banque royale et la chambre
des étals de la Marche Electorale se sont obligées à la
garantie de cet établissement. Mr. le Comte de Schulen-
bourg- Général et Ministre d’état, en est le chef. Le bu
reau général et la caisse sont dans la maison Stech rue
des Chasseurs No. 32. Les magistrats et les bureaux de
banque sont établis commissaires de la société dans les
principales villes de province. — Lorsqu’on régla le
55ème terme au 1 Juillet 1805, il y avoit 5888 maris qui
Top of page

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.