Path:
Rheinsberg 1736 - 1740

Full text: Rheinsberg 1736 - 1740

84
und wird mir ein rechtes Vergn�gen sein, euch, so Gott will, noch zu einkassieren." 3n der Nacht zum 28. traf
die Stafette aus Potsdam ein, die den Aronprinzen zum sterbenden Vater rief.
Der sehr umfangreiche Briefwechsel des Aronprinzen mit der A�nigin (er schrieb ihr ungef�hr jeden zweiten
oder dritten Tagj liegt nicht mehr vor; statt dessen m�gen hier als Erg�nzung einige bezeichnende Stellen aus den
Antworten der A�nigin mitgeteilt werden.
J756, 26. September. M. et Madame de Wreech contribueront aussi ? votre passetemps. Tout ce que
j'admire, est votre curiosit� sur l'�clips� de lune 1. J'avoue que de rester jusqu'? quatre heures du matin pour
en juger, me para�t beaucoup.
2. Oktober, J'avoue que l'id�e que vous me donnez de votre com�die, m'a fait: rire ? en avoir les
larmes aux yeux. Arbate 2 en vous c�dant le pas et vous r�pondant en badinant, doit avoir faire une plaisante
sc?ne, cependant je ne connais point ce Fouqu� et n'ai aucune id�e de son caract?re.
$. Oktober. Ilme semble ?tre en id�e ? vous voir apprendre vos com�dies et ?tre aux r�p�titions . ..
Jordan, selon ce que vous dites, doit avoir du m�rite; je l'ai entendu louer de bien des gens.
\S. Oktober, Je vous admire des attentions que vous avez pour moi de me mander toutes les petites
nouvelles, celle de la coiffure de Mlle Schack 3 et du singe m'a fait rire; pour celle d'un voleur est plus s�rieuse;
je suis curieuse de savoir, o? ila mis vos boutons.
\7. Oktober, Je suis ravie que vous ayez Madame de Kannenberg, Son entr�e ? Rheinsberg est des
plus jolies; on ne pourrait en faire moins pour Monime 4, reine du Pont, et les domino venaient fort ? propos.
Je ne doute pas que la trag�die ne soit bien ex�cut�e et la petite pi?ce aussi. Tout rit et est charmant chez
vous. J'ai ri de ce que vous m'avez mand� du Perten (?) qui vous a cru en pri?re et oraison; le bonhomme
aura bonne opinion de vous.
H9- Oktober. La compagnie que vous avez eue, ne .vous convenait gu?re et si les civilit�s chassent les
hommes incommodes, je serais plus civile que jamais. Votre petit voyage ? Strelitz est aussi pour voir le prince
de Mirow, (il) vous divertira s?rement.
23. Oktober, J'admire vos jolis passetemps et vous faites ... que chacun trouve une f�licit� d'?tre chez
vous. Ceux qui en jouissent, chantent vos �loges, et j'avoue que ce serait un des plus grands plaisirs pour moi
de vous voir; ce ne serait pas tant la trag�die quoique tr?s volontiers j'aurais �t� spectatrice. Je suis curieuse
de vous savoir de retour de Mirow et de Strelitz. Si les princes ne se gouvernent pas bien, il est permis d'en
rire, surtout quand ils tombent dans le ridicule, comme ceux-ci le font du moins.
2. November. Votre voyage de Meclenbourg m'a fait rire et surtout la vieille qui vous a ouvert la
porte du soi-disant ch�teau; (il) ne para�t pas fort magnifique et habit� par des princes.
5. November. Il para�t que tout a contribu� ? vous donner de l'agr�ment a Rheinsberg jusqu'? la
col?re de Chasot et le mariage du Chevalier 6; ce dernier trait lui manquait pour l'achever de peindre et lui
donner le dernier trait de Don Quichotte.
\ \. November, J'ai admir� la mani?re confuse, dont s'exprime le Chevalier, et tout ce que j'y peux
comprendre, est qu'il me souhaite a ses noces. Je cro�s que ses discours conviendront tr?s bien avec ceux du
Prince de Mirow qui, j'admire, vous fait �veiller pour vous annoncer sa venue.
1Die totale Sonnenfinsternis vom 20. September.
�
4 Jonque* erinnerte sich noch nach Iahren, wie schlecht er die Rolle des
Arbates gegeben h�tte.
�
3 Sie war schon in Vraunfchweig mit der Kronprinzessin gewesen.
� * Nlommr in Racines Mithridate.
�
* Wie Friedrich-Wilhelm den 3ag�rat von Nsssig uni� Grafen von Stein mit &em Seinamen Astralicus, so hat auch der Kronprinz
wenigstens die erste Seit einen lustigen Rat bei sich gehabt. K�nig berichtet unter dem 5. vezember !?26: �Der Kronprinz beschlo�
feinen diesj�hrigen Aufenthalt in Heinsberg damit, da� er seinen lustigen Rat Scanbor 311m Ritter schlug und �ber den ihm erteilt��
Vrden lustige Statuten festsetzte." I"�nein Briefe an den jungen F�rsten lteopold nennt der Kronprinz ihn Msvius de Scanbor des
Donquichottomanchanifchen Ordens Ritter und Gouverneur der Insel Corfn,
        
Top of page

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.