Path:
Aus den Briefen der Königin Sophie Dorothea : IV. Aus den Briefen an den Kronprinzen Friedrich

Full text: Aus den Briefen der Königin Sophie Dorothea : IV. Aus den Briefen an den Kronprinzen Friedrich

107
Wusterhausen, 6. Oktober, Je m'�tais propos�e de dormir bien cette nuit et de me dorlotter, mais l'ours
impitoyable a rendu visite ? vos s?urs; ilv a eu un sabbat �pouvantable. Les soldats sont venus et je crois
tout le village, pour chasser cet �pouvantable animal des d�gr?s en bas. Voil? ce que je peux vous dire de
ce s�jour. Wilhelm est le nouvelliste du Roi et lui mande nos passetemps; celui de la Montbail1 est de
coqueter avec (Gainas.
Wusterhausen, l.6. Oktober, Je connais lequel agr�ment est la lecture et sais la peine, qu'en donne une,
qui pla�t et instruit, de la quitter. L'�tude de Cic�ron est de celles-l?. Ce sage pla�t et est agr�able.
Wusterhausen, 20. Oktober. La Critique historique de la philosophie 8 est autre chose, que vous vous
imaginez, damas, qui a plus de lecture et de savoir que je ne pourrais jamais en avoir, la trouve charmante.
L'auteur ne se nomme point et n'a fini que trois tomes, pour voir s'il agr�erait. Je lis le dernier et fais avec
ce livre comme vous le faites avec ceux de Cic�ron, que je vas commencer, afin de pouvoir ?tre ? port�e de
m'entretenir avec vous. L'ours ne nous tourmente plus; en favori indiscret ila rendu visite au Roi, ce qui l!a
mis ? la cha�ne. L'Astralicus, aussi indigne favori, a �t� puni assez rudement de cette impertinence. Ce sont
les nouvelles du jour.
Wusterhausen, 2%. Oktober, Mes petits soupers ont �t� d�rang�s pendant quelques jours, le Roi n'ayant
pas fum� et s'�tant fait hier ventouser, rem?de qui doit ?tre 2 pr�sent infaillible a tous maux.
Wusterhausen, 29. Oktober. La Montbail ne croit pas que c'est Deslandes, dont vous me parlez, qui ait
�crit La critique historique de la philosophie. Je m'imagine que ce sera plut�t un p?re de l'Oratoire et m?me
fort savant. Je vas commencer ? lire les �crits de Cic�ron. Par d'ici je ne vous dis rien, si ce n'est que
Morgenstern a eu ordre d'�crire pour prendre le parti de la folie et prouver qu'il faut en avoir dans ce monde 8.
Je crains que force personnes ne t�chent de se rendre parfaits dans cette nouvelle m�thode et que la sagesse
sera excluse.
Wusterhausen, 5\. Oktober. Votre s?ur Ulrique me lit les lettres de Madame de S�vign� ? sa fille4 .. .
Iln'y a point depuis quelques jours de tabagie; il para�t que notre compagnie pla�t plus que celle des officiers.
L'envie de rire est �teinte.
Wusterhausen, H. Aovember. suis 2 empaqueter mes livres; ilpara�t que nous allons 6ans les 6eserts.
Tossenblatt, 7, November. Nous avons essuy� des chemins �pouvantables et je crois que Annibal n'en
ait eu de plus mauvais en passant les Alpes. lyrique m'a demand�, s'il y avait de p�ril; je me suis moqu�e
d'elle et apr?s avoir �t� 5 heures en chemin, nous sommes arriv�es dans ce lieu. Je suis si fort d�saccoutum�e
de la compagnie que je ne sais comment faire pour y briller et je crois que le mieux pour moi [est] d'?tre
s�dentaire et rechercher en soi-m?me les douceurs de la vie. Vous pouvez ? ce que je vois, vous en passer
par la lecture de l'Histoire Romaine par le chevalier D�sechard 5. Je m'imagine, que ce n'est qu'un abr�g�.
Coffcnblatt, Noveniber. Me voil? nimphe de ce ch�teau. Je commencerai a lire le second tome de
Cic�ron sur l'origine de la nature des dieux. Je trouve cette lecture tr?s agr�able, quoique je plaigne ces
philosophes de n'?tre pas venus au v�ritable but qu'il avait un Dieu, et leurs doutes me font de la peine de
voir qu'ils ne lui rendent pas, comme cela se doit, ce qui lui est du; ce qui me semble est du plus consolant
pour nous pauvres cr�atures.
1 Fr�ulein �on ��tontbaH, ged. \$s\, die Cochter der Frau �on Roucoulle aus deten erster (Etje; sie war von Juni t72t die
Gouvernante der Prinzessinnen Friederike und Charlotte gewesen, nach deren Verheiratung blieb sie am Hofe und wurde nach dem Abgang
des Fr�ulein von 3ocourt im November \73% Hofmeisterin der Prinzessinnen Ulrike und 2JmaI�e. Ueber ihre �u�ere Erscheinung erlaubten
sich die k�niglichen Kinder, bei aller Verehrung, gelegentlich lhre Vemerkungen; vgl. �Luv�, 27, a. (0. Camas war \GB& geboren. �'
Histoire critique de la philosophie, o? l'on traite d� son origine, de ses progr?s et des diverses r�volutions qui lui sont arriv�es jusque ?
nos temps. 3 Teile, 173?, von Veslandes. wahrscheinlich machte sich die K�nigin Ausz�ge daraus. � �Morgenstern, vernunftm��ige
Gedanken von der Narrheit und den Harren. Aufgesetzt und in hoher Versammlung (den Professoren der Frankfurter UnwerMt)
behauptet ;?2?.
� *Von den Nriefen der Frau von Sh\$n� waren damals der dritte und vierte Teil erschienen. � * Histoire Romaine
depuis la fondation de Rome jusqu'? la translation de l'empire ilConstant inople (73$.
��
        
Top of page

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.