Path:
Neue Briefe an Friedrich den Großen aus der Zeit des Siebenjährigen Krieges

Full text: Neue Briefe an Friedrich den Großen aus der Zeit des Siebenjährigen Krieges

27
plus de r�putation que lui dans sa post�rit�, parceque vous avez remport� autant de victoires sur des T troupes
beaucoup plus aguerries 6 et parceque vous avez fait ? vos sujets tous les biens qu'il n'a pas faits, en ranimant
les arts, en �tablissant* des colonies, en peuplant�, en embellissant les villes, je ne parle pas lldes talents aussi
sup�rieurs que rares qui auraient suffi ? vous immortaliser, vos plus grands ennemis ne peuvent vous �ter aucun
de ces m�rites. Votre gloire est donc absolument hors d'atteinte comme je crois l'avoir d�j? mand� ? Votre
Majest�. Vi II s'agita pr�sent de votre bonheur, je ne parlerai pas aujourd'hui des Treizes Cantons. Je m'�tais
livr� au plaisir de dire ? Votre Majest� combien Elle est aime dans le pays o? j'ach?ve ma vie 13 mais_/V suis
tr?s instruit 1* qu'en France Elle a beaucoup de partisans. 16 Je me borne ? lui10 dire cette v�rit� sans la g�ter
par aucune id�e politique x ,^ je ne prends pas cette libert�s Mais qu'il me soit permis d'imaginer 19 que, si la
fortune vous devenait* 6 enti?rement contraire, vous pourries 21 encore vous rendre le ma�tre de cette fortune, que
la France ne voudrait pas perdre une ballonet [?] longtemps �tabli par vos victoires; que vos lumi?res et votre
esprit se m�nageraient une alliance utile peut-?tre au bien de VEurope qu'au pis aller ilvous resterait toujours
assez d'�tats pour maintenir votre consid�ration personnelle et que le Grand �lecteur, votre bisa?eul, n'en a pas
�t� moins respect� pour avoir sacrifi�** quelques-unes de ses conqu?tes. Daignes^ me permettre ses id�es
quoiqu'elles soient au dessous de la grandeur de votre �me.
Les datons et les Othons 24 dont Votre Majest� trouve la mort belle, n'avaient gu?re autre chose ?
faire qu'? servir ou ? 25 mourir; encore Othon n'�tait-il pas s?r qu'on l'e?t laiss� vivre. Votre� Majest� ne
sera jamais dans ce cas et peut-?tre ait moment que j'�cris est-Elle victorieuse, mais quand Elle ne serait pas,
sa vie n'en serait pas moins n�cessaire. Vous savez combien* 1 elle est ch?re a une nombreuse famille et ? tous
ceux qui la servent?* Vous savez que les affaires de l'Europe ne sont jamais longtemps dans une m?me assiette
et vous ne pouvez nier qu'un homme tel que vous ne doive se reserver aux �v�nements.
J'ose encore Sire** vous dire 31 plus� si lafortu?ie vous abandonnait enti?rement, si votre courage dans 32 ces
circonstances malheureuses que je ne veux pas pr�voir s'emportait ? une extr�mit� h�roique honor�e dans les
si?cles pass�s, cette r�solution ne serait pas approuv�e aujourd'hui. Vos partisans la condamneraient et vos
ennemis en triompheraient. Songez encore aux outrages que la nation fanatique des bigos ferait ? votre
m�moire. Voil? tout le prix que votre nom recueillerait d'une mort volontaire et en v�rit� ilne faudrait pas
donner aux 55 l�ches ennemis du genre humain le plaisir d'insulter ? un nom couvert de gloire. 3*
Ne vous offensez pas de la libert� 35 d'un vieillard qui30 a toujours r�v�r� et ch�ri31 votre personne. 3*
Mais heureusement nous sommes tr?s-loin de la z<3 voir r�duite ? des extr�mit�s si funestes et j'attends tout de
votre courage et de votre esprit hors le parti d�sesp�r�*� que ce 41 courage pourrait 4
-
2 faire craindre. Je me flatte**
au contraire que vous acqu�rez les armes a la main une paix honorable.
Ce sera une consolation pour moi en quittant la vie, de laisser sur la terre un Roi philosophe �uiLL
a daign� m'aimer.
Andere l�sait des Konzeptes bei Rose�Droysen :
7 des ennemis. 8 que les siens. B fondant. 10 fehlt. nJe mets ? part d'autres talents. ia fehlt. Daf�r: Peut-?tre cette gloire
est-elle actuellement augment�e par quelque victoire, mais nul malheur ne vous l'�tera. Ne perdez jamais de vue cette id�e, je vous en conjure.
que jhabite. ** je sais. 3ts Je sais tr?s positivement qu'il y a bien des gens qui d�sirent le maintien de la balance que vos victoires
avaient �tablie, 16 vous.
"
des v�rit�s simples sans me m?ler en aucune fa�on de politique. 18 cela ne m'appartient pas, 19 Permettes
moi seulement de penser. 9l) �tait. a* vous trouveriez une ressource dans la France, garante de tant de trait�s, que vos lumi?res et votre
esprit vous m�nageraient cette ressource; qu'ilvous resterait toujours assez d'Etats pour tenir un rang tr?s consid�rable dans l'Europe. M c�d�.
permettez moi encore une fois de penser ainsi, en vous soumettant mes pens�s. * Friedrich hatte ?in 9. September 1757 geschrieben:
... Caton ou l'empereur Othon, dont le dernier n'a eu de beau moment de sa vie que celui de sa mort; il faut combattre pour sa patrie et
p�rir pour elle, si on le peut, el si on ne le peut pas; il est honteux de lui survivre. �*qu'? ... se Zusatz: il pr�vint par une mort
volontaire celle qu'on lui e?t fait souffrir. Nos m?urs et votre situation sont bien loin d'exiger un tel parti et en un mot, votre vie est tr?s
n�cessaire. " sentez bien, aa qui ont l'honneur de vous approcher. "et que c'est un devoir pour un homme tel que vous de se r�server
aux �v�nements. 80 felzlt. 81 bien plus. "a croyez-moi, si votre courage vous portait ? cette extr�mit� h�roique elle ne serait pas approuv�e.
? ces. �* ? ce nom si respectable. 86 avec laquelle vous parle un ... M vous. "aim�. '� es fehlt: et qui Croit, par une longue*
exp�rience, qu'on peut tirer de tr?s grands avantages du malheur. 88 vous. � malheureux.
"
ce m?me. " peut me faire. *3 fehlt. " fehlt.
**
        
Top of page

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.