Path:
Friedrich der Große und seine Leute : IV Graf Kurt Christoph Schwerin

Full text: Friedrich der Große und seine Leute : IV Graf Kurt Christoph Schwerin

71
Cette motion convenant ? mon m�tier, je souhaite passionn�ment de m'y maintenir, puisque je dois
vivre encore, et que le tripotage entre la France et l'Angleterre 1pourrait bien engager les puissances de l'Europe
dans une guerre g�n�rale, et, ce cas arrivant, mes d�sirs serai[en]t accomplis, si, en vous servant encore avec
quelque utilit�, vous fussiez convaincu, Sire, du vif amour avec lequel je vous ai toujours �t� attach�. Jusqu'ici
j'ai regard� les d�m?l�s entre la France et l'Angleterre comme des querelles marchandes ou int�ress�es de com-
merce; mais, s'il est vrai que le roi d'Angleterre a pris ? la solde de la nation un corps si consid�rable de
Russes , comme les gazettes le marquent, outre [ceux] des princes d'Allemagne 3, et pour plusieurs ann�es, et
que tout cela se met en mouvement*, ilne peut manquer que la chose ne devienne s�rieuse. L'ouverture du
Parlement 5 nous �claircira bient�t ce myst?re; car, Musqu�s ? pr�sent, je ne sache pas que la nation ait accord�
au Roi les subsides dont il a besoin pour fournir ? de si grandes d�penses.
Quoi qu'arrive de tout ceci, je suis bien persuad� que la sage prudence de Votre Majest� et l'emploi
de Ses valeureuses troupes La maintiendra dans cette haute gloire qu'Elle S'est d�j? acquise par tant de hauts
faits. C'est-l?, Sire, ce que je vous souhaite du fond de mon �me, et ? quoi c je voudrais encore vous ?tre de
quelque utilit�, �tant plus sinc?rement que je ne puis l'exprimer, Sire, de Votre Majest� le tr?s humble etc.
Notiz des Aabmettssekret�rs auf dem schreiben Schwerins f�r die snicht vorliegende) Antwort des A�nigs:
Compliment sur les sentiments qu'il a bien voulu renouveler au Roi, et que, quant aux affaires du
temps pr�sent, il �tait bien difficile de juger sur les contingents futurs, dont la Providence seule s'�tait
r�serv�e la connaissance.
8.
Schwerin an den K�nig,
Nach der 2hisfertigurtg. 5cnwerinsdur^, 26 octodre 1755
Sire. Voil? mon voisin, monsieur le g�n�ral-major Uchl�nder, comme Votre Majest� le saura d�j?, au
tombeau 7; cette �poque pourra faire impression ? quiconque a peur de la mort. Ilavait moins d'�ge que moi
et paraissait un Hercule en vigueur, en comparaison de bien d'autres. Mais tel est le sort humain, et le meilleur,
selon moi, est de ne le souhaiter ni le craindre.
Les nouvelles publiques parlent aujourd'hui beaucoup d'un accommodement prochain entre la France et
l'Angleterre. 8 Je crois que le Roi des derniers, par crainte pour ses �tats d'Allemagne, le souhaite; mais la
nation a laquelle le commerce de la France fait ombrage, a s?rement d'autres vues, et on verra s?rement des
grands combats dans le Parlement prochain, si les affaires ne s'arrangent avant son ouverture entre les deux cours.
Je souhaiterais en mon particulier la guerre, persuad� que, par ses suites, elle ne pourrait tourner qu'?
la gloire et l'avantage des armes de Votre Majest�, Ce sont l? mes vues et mes d�sirs ardents et auxquels je
d�sirerais sacrifier mes derniers jours, qui ne peuvent plus gu?re durer, puisque j'entre aujourd'hui dans ma
72t?me ann�e, avec un petit rhume, mais qui, j'esp?re, n'aura pas de suite. Veuille le Ciel conserver longues
ann�es la pr�cieuse sant� de Votre Majest� pour le bien de Son peuple et nos arri?re -neveux, et en recom-
mandant les miens 9 a Sa gracieuse protection, j'ai l'honneur d'?tre avec cette ardeur et z?le qui ne finira
qu'avec mon dernier soupir, Sire, de Votre Majest� le tr?s humble etc.
1 Der Streit um die amerikanische,! Kolonien, der schon im Juni *755 zu offenen Feindseligkeiten und im Mai (756 zur Kriegs-
erkl�rung Englands f�hrte.
�
a Am 2�. September *755 war in Petersburg der Subftbtenoertrag unterzeichnet worden, der ein russisches
Hilfskorps zur Verf�gung Englands stellte. � * England schlo� (755 Subft&ienpcrtr�'ge mit Hessen-Kassel, W�rzburg und AnZbach.
�
* Nach Hannover.
�
B Bas Parlament wurde am (3. November er�ffnet. � e Vorlage: �? quoi que1*. � ' Generalmajor Christian-
Gottfried von Uchl�nder war am 22. Oktober in2InfIam, der Garnison feines Jnfanterie-Kegiments (Nr. 30), gestorben. �
" Vgl.Nr.7. �
�Die S�hne des *7*7 gestorbenen VruderZ Graf HanZ-Vogislav, vgl.Nr. 2.
        
Top of page

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.