Path:
Friedrich der Große und seine Leute : IV Graf Kurt Christoph Schwerin

Full text: Friedrich der Große und seine Leute : IV Graf Kurt Christoph Schwerin

68
Anhang
Aus der Korrespondenz Friedrichs des Gro�en mit Schwerin.
[Berlin, Geheimes Staatsarchivs
\-
Schwerin an den K�nig.
Nach der Ausfertigung.
Schwerinsburg, 27 janvier 1746.
Sire. J'avouerai ? Votre Majest� que Sa derni?re r�ponse 1 sur la permission que je Luiavais demand�e
d'aller ? Francfort voir mon r�giment, m'avait frapp�. Mais, ayant bien r�fl�chi sur ma situation, ilme semble
que je dois des obligations nouvelles ? Votre Majest� de ce qu'EUe a la gr�ce de me faire remarquer si
gracieusement le peu que je vaux encore pour le public et, par cons�quence, pour Son service, vu mon �ge
et [mes] fr�quentes infirmit�s, et c'est de quoi je m'acquitte avec une enti?re r�signation.
Un point me fait de la peine, qui est que Votre Majest� semble me reprocher que ma retraite ?
Schwerinsburg 2 a �t� volontaire. Permettez, Sire, que je vous informe de ma situation d'alors. J'�tais agonis-
sant, quand j'ai quitt� l'arm�e; je pr�voyais, le second jour que je fus arriv� ? Prague, apr?s que ma fi?vre
eut un peu ralenti, ce qu'elle deviendrait, par l'�conomie qu'on y menait.* Cela m'obligea de demander ?
Votre Majest� la permission de me retirer quelque part dans Ses provinces, ? quoi ayant consenti, mon dessein
�tait de me retirer par K�niggr�tz en Sil�sie. 4 Arriv� ? Bunzlau 5, les chemins n'�tai[en]t plus s?rs et la
garnison trop faible pour me fournir une escorte. Je voulus me faire transporter par le Riesengebirge. Mais
une ancienne connaissance du pays m'avertit que le peuple s'attroupait dans ces contr�es, et que j'en serais
s?rement d�valis� et m?me pis, de sorte qu'il ne me resta autre ressource que de gagner la Lusace et me retirer
? Francfort, o? j'arrivais enfin, mais harass� et enti?rement ext�nu� de toute fa�on. Ma situation pour lors
�tait telle que je n'avais plus de quoi me nourrir du jour au lendemain; il m'en co?tait dans ma route 40 ?
50 R[ekhsthaler] toutes les nuits, et ? Francfort peu moins, et ? peine avais-je le souffle. Ma ressource �tait
mon �quipage, dont je fus oblig� de vendre une partie pour un rien pour nourrir l'autre. Ma sant� ne se refit
point dans une situation pareille, et elle me r�duisit ? vendre ma cavale favorite, pour me conduire jusqu' ?
Schwerinsburg, n'ayant plus d'autre ressource.
Voil? ce que me semble ce que Votre Majest� me reproche comme une retraite volontaire, et sur quoi
ilm'a paru que mon honneur m'engageait de me justifier.
1 liegt nicht vor.
� * November [7^, vgl. oben 5. 49.
� � Gemeint ist die R�umung von Prag durch die Preu�en, die Ende
November *7
    
Top of page

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.