Path:
Friedrich der Große am Schreibtisch

Full text: Friedrich der Große am Schreibtisch

16
i66
EPITRE X.
A MON FRERE FERDINAND:
SUR
LES VOEUXDES HUMAINS.
E�gendondiye perliesselimg dee Ifon�gs f�brr t'en Ursprung lichen ffpft geflrdt) mit Hanbbcm etfangen �oltiiircs
Uus Wn.- �(Kuvre* du Philosophe fit: San.-,bouci" i>i>n Serlili, Coljfnjollfrn�ITInffum
Uc Iicr t rn g u ng :
vous avez
corrige
divinement
ce morceau.
courage.
continuez.
Que les liuinnies sunt fols1, ils sont faits pour l'erreur!
I'iaton Ifis crut seuv�s, il leur fit trop (l'honneur 3,
Un triste instinct les porte ? l;i vicissitude,
Leur vie est le Uiblcau de leur inqui�tude.
D�sireux 8 d'obtenir, lass�s �c poss�der,
Leurs vaux i-t leurs destins ne sauraient s'accorder:
J'aime ;? voir tel qu'il est l'homme et son caract?re,
Sur mes propres d�fauts son exemple m'�claire. 4
Oui, le c?ur des humains, ce fid?le miroir,
Peint nos d�fauts au vrai6, si nous voulons nous voir.
Un jour ([ti'ii ce dessein 0 je traversais la ville,
L'esprit 1res occup� 7, suivi de Th�ophile,
Le hasard me mena du c�t� du jardin.
1 Korrektur Voltaires: fous. � a Vie Raffung pou 1752 lautet: Tous les hommes sont fous. l'Iran, clans son erreur, Leur donna
la raison et leur fit trop d'honneur.
�
s Korreftiir voltaires:empress�s. � *Raffung Don 752 :Et l'exemple dVutrui sur mes d�fauts m'�claire.
�
5 Korrektur voltaires: nous peint tous dans le vrai.
� 6 Fassung von \752: Un jour en raisonnant.
�
T Fassung von 1752: tout occup�.
        
Top of page

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.