Path:
Zur Kindheits- und Erziehungsgeschichte Friedrich Wilhelms II.

Full text: Zur Kindheits- und Erziehungsgeschichte Friedrich Wilhelms II.

92
Amour de gloire. Encore ici je trouve un contraste assez difficile ? expliquer. Le Prince aime
qu'on parle de lui, il aime a en parler lui-m?me, mais pourvu que cela soit, peu lui importe que ce soit en
bien ou en mal. Il entretiendra aussi ais�ment les gens de ses d�fauts, m?me en les reconnaissant pour tels,
que de ses bonnes qualit�s. Ilne se fera nulle peine de dire ? qui voudra l'entendre qu'il para�t stupide a la
cour, qu'il n'y dit mot, qu'il a manqu� ? la politesse ou qu'il s'est mal conduit et cela d'un air et d'un ton
aussi indiff�rent que s'il s'agissait d'un tiers.
La dissimulation. Mais lorsqu'il croit qu'il y va de son int�r?t de se cacher, on peut dire qu'il est
inp�n�trable. Il ne ment pas; mais il sait �luder si finement les questions qu'on lui veut faire, qu'on aurait
peine ? s'apercevoir qu'il y a du dessein; alors il donne l'essor ? son esprit et trouve mati?res sur mati?res
? la conversation, jusqu'? ce qu'on a oubli� le sujet sur lequel on voulait le faire parler.
Ses sentiments sur l'int�r?t. On a soup�onn� le Prince d?s sa plus tendre enfance de pencher
? l'avarice, tout ? cause de la peine qu'il avait a se dessaisir de ses jouets que du plaisir qu'il t�moignait
2 les accumuler. Mais je n'ai rien observ� jusqu'? pr�sent qui puisse me d�cider sur cet article et d'ailleurs
le terme d'avarice est si vague que chacun lui donne un sens conforme ? ses propres int�r?ts. Ce que je
puis dire de plus positif, c'est que le Prince est charitable et qu'il se fait un plaisir de donner en son nom
aux pauvres. Ilest de plus tr?s reconnaissant et quand il a re�u quelque chose qui lui fait plaisir, il sait
trouver les expressions les plus fortes pour marquer la vivacit� de sa reconnaissance, il donne m?me a son
tour lorsqu'il en a l'occasion. S'agit-il de partager, ilne s'oublie pas ? la v�rit�, mais aussi ilne veut pas
tout pour lui seul. Il aime fort ? recevoir, mais ce n'est pas la richesse du pr�sent qui le tente, le moindre
instrument propre ? l'amuser lui cause bien plus de joie que le meuble le plus pr�cieux ou l'habit le plus riche.
Ilest vrai encore qu'au jeu i! marque une grande avidit� a tirer la poule et qu'il faut presque toujours l'avertir
d'y mettre. Mais je dois dire aussi qu'alors il y met de son propre mouvement et sans affectation, le double
et le triple de ce qu'il y doit; d'o? je conjecture qu'il est bien moins touch� du plaisir d'accumuler son
monceau que de la gloire qu'il imagine a gagner.
An diesen Vericht schlie�en sich Vorschl�ge �ber die tehrer, die man dem Prinzen geben k�nne. Au�er dem
Tanzlehrer Girant, den er schon hatte, schlug Veguelm noch einen* kehrer f�r bas Schreiben, f�r die Sprachen, f�r bas
Zeichnen und f�r die Musik �or, da andere Knaben im Alter des Prinzen schon besondere kehrer f�r diese F�cher hatten.
Er werde in kurzem auch f�hig sein, Arithmetik und dann die Elemente der �Architecture civile et militaire" zu lernen.
Veguelin selbst ist gern bereit, den Gesamt-Unterricht zu erteilen, aber er h�lt Speziallehrer f�r besser, da fie einerseits
mehr Erfahrung in ihren F�chern haben, dann aber als Fremde die Aufmerksamkeit des Prinzen besser fesseln werden.
Es folgen dann vier: �tr?s humbles demandes."
\. �b es nicht f�r den Prinzen angebracht w�re, ohne feine Stellung zu kompromittieren, �visiter successivement
les manufactures et les fabriques des particuliers, mais encore les ateliers de divers artisans," und ob man
daf�r 50 Taler aussetzen wolle.
Outre l'amusement et le plaisir que ces courses procureraient au Prince, ilacquerrait par ce moyen
une infinit� de connaissances solides, propres ? exercer son esprit et ? l'accoutumer ? tout voir et ?
juger de tout par lui-m?me.
2, Comme il aime passionement ? entendre lire tandis qu'il joue seul et qu'except� les livres dogmatiques
tout lui est bon, fables, romans, histoire civile et naturelle, pi?ces dramatiques et autres po?mes, quel
serait le genre de lecture et les esp?ces de livres qu'il conviendrait principalement de lui faire conna�tre?
3. S'il v a quelques mesures a prendre par rapport ? la langue allemande.
Il la sait tr?s imparfaitement et comme il l'a bannie lui-m?me de notre conversation, ilpourrait
ais�ment arriver qu'il en perd�t insensiblement l'usage.
        
Top of page

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.